édition pdf

[accueil]  [archives]  [sommaire précédent]  [aéroforums]  [aérobibliothèque]  [fichiers pdf]  [modelstories]

Le cœur du SR-71 "Blackbird" : le puissant réacteur J-58

par  Philippe Ricco

Description technique

2.1 : Le compresseur

L'entrée d'air à géométrie variable est constituée de vingt ailettes mobiles en amont du compresseur, avec une circulation d'air chaud contre le givrage. L'incidence des ailettes mobiles (IGV: Inlet Guide Vanes) est réglée par un mécanisme hydraulique. Il est activé par un contrôle automatique sensible à la température d'admission et à la vitesse de rotation du moteur, ou manuellement par le pilote. En raison d'hystérésis du système automatique, les variations n'interviennent pas toujours au même moment lors de la décélération. Les limitations du réacteur furent affinées en vain dans la programmation. Après avoir expérimenté des éjections de flammes simples ou doubles lors de l'accélération et de la décélération, un processus manuel de réglage de ces vannes fut adopté durant ces phases.

Le compresseur est de type axial, conventionnel, à 9 étages de rotor à ailettes d'acier fixes. Vu de face, il tourne dans le sens trigonométrique. Sa vitesse de rotation (R.P.M.: Rotation Per Minute) en régime normal est d'environ 7 000 tr/mn. Le carter est de type cylindrique, en acier, en deux parties. Le palier principal avant est soutenu par vingt entretoises radiales. La partie basse pression comporte quatre étages de rotor soutenus par quatre roues de stator à aubes d'acier fixes, ainsi que vingt fentes d'évacuation de pression avec tiroirs de distribution. Trois blocs de commande sont disposés autour de la partie arrière du carter basse pression, pour le démarrage et les opérations au sol. La partie haute pression est constituée de cinq étages de rotor, maintenus par cinq paliers de stator en acier. Le rotor est supporté par des roulements à billes et à aiguilles et relié de façon souple à l'arbre de la turbine.

Le taux de pression est assez faible (de l'ordre de 6 ou 8), ce qui permet de limiter l'élévation de température en sortie du compresseur (T2). Celle-ci est de l'ordre de 750°C (1400°F) alors que la température d'entrée (T1), en vol supersonique, avoisine en moyenne les 400°C (750°F), mais peut les dépasser dans certaines configurations de vol. En revanche, le débit d'air est assez important: entre 150 et 200 kg/s (450 lb/s).

©
Aérostories 2002                                                                    > suite


Sommaire du dossier

1 : Genèse

> 1.1  Développement
> 1.2  Évolutions
> 1.3  Les essais
> 1.4  Perfectionnements
> 1.5  Projets et dérivés
> 1.6  Notes sur les désignations

2 : Description technique

> 2.1  Le compresseur
> 2.2  La chambre de combustion
> 2.3  La turbine
> 2.4  La postcombustion
> 2.5  Le dispositif de dérivation
> 2.6  Équipements et accessoires
> 2.7  Régulation
> 2.8  Lubrification
> 2.9  Le carburant
> 2.10 Performances

3 : Utilisation (à paraître : N°13)

> 3.1 Introduction
> 3.2 Le combiné turbo-stato de Pratt & Whitney
> 3.3 L'entrée d'air
> 3.4 La tuyère
> 3.5 En vol
> 3.6 Désamorçages
> 3.7 Commande automatique
> 3.8 Mise à jour des techniques
> 3.9 Préparatifs

4 : En savoir plus sur le SR-71

L'entrée d'air du J-58 comporte des aubes mobiles pour moduler le flux d'air en fonction des conditions de vol. Derrière ce stator, on aperçoit les pales du premier étage du compresseur. L'anneau sur la droite de l'entrée d'air est probablement un capteur de température.
©
Jay Miller