english version

[accueil]  [sommaire général]  [sommaire précédent]  [forums]  [modelstories]  [espace kiosque]  [liens]

Samuel Langley: (1834-1906)
de l'échec à la postérité

par Philippe Ballarini

Avant que de consacrer son existence aux recherches sur l'aviation, Samuel Pierpont Langley, né en 1834, s'était distingué par ses travaux de physique et d'astronomie, publiant un ouvrage sur Le travail interne du vent et des Recherches sur l'aérodynamique. Cet éminent personnage, secrétaire de la très savante et réputée Smithsonian Institution de Washington, ne pouvait rester étranger à la vague qui semblait vouloir donner des ailes au XIXème siècle finissant. S'intéressant de près aux travaux de Clément Ader et d'Otto Lilienthal, il se mit en devoir de construire des modèles réduits volants, mus par des moteurs à élastique et ayant la particularité de disposer généralement d'une double voilure en tandem.

Cette disposition avait été inventée précédemment par Walker et Brown, mais Langley ne s'écarta pas de ce type de voilure pendant une dizaine d'années et construisit nombre de modèles sur ce type, si bien qu'on lui attribua assez rapidement le nom de "type Langley". Si Ader devait emprunter au latin pour le terme "avion" (de "avis", oiseau), Langley nomma tous ses appareils du même nom "aérodrome" (du grec "aerodromoï", coureur des airs).

Il construisit lui-même son "aérodrome N°5" avec lequel il obtint un certain succès. Le 6 mai 1896, son appareil de 4,10m d'envergure, d'un poids d'environ 145 kg, toujours à deux voilures en tandem, propulsé par deux hélices placées entre les plans de voilure et actionnées par un moteur à vapeur de 1ch, effectua un vol (sans pilote) de plus d'une minute et se posa sans dégâts, à tel point que l'expérience put être réitérée à diverses reprises, sous les yeux d'un autre savant de l'époque, Graham Bell, l'inventeur du téléphone et qui ne tarira pas d'éloges en narrant cet exploit.

Langley avait opté pour une technique bien particulière quant au décollage. Considérant qu'il accroissait ses chances de récupérer un appareil intact en leur faisant effectuer leurs essais au-dessus de l'eau, il les faisait catapulter d'un "house-boat" ancré sur le fleuve Potomac.

En 1898, les Etats-Unis entraient en guerre contre les Espagnols en Amérique Centrale. Le Congrès octroya 50 000 $ à Langley afin qu'il construise un aéroplane à moteur contrôlable. Samuel Langley se heurtait aux mêmes difficultés que la plupart de ses rivaux: la difficulté à se procurer un moteur suffisamment puissant et léger. Il fit appel à l'ingénieur Charles Manly qui conçut un moteur en étoile de 52 ch pesant 155 kg, performance peu commune à l'époque. Langley avait été très tôt convaincu que le moteur à combustion interne était bien plus prometteur en matière de rapport puissance / poids que le moteur à vapeur. Il mit donc en chantier son nouvel appareil, destiné à emporter un pilote, cette fois.

Le 7 octobre 1903, l'appareil était prêt pour un essai en vol avec pilote. De construction soignée, l'aéroplane de Langley était semblable dans ses grandes lignes aux modèles précédents: deux ailes monoplanes en tandem qui encadraient les deux hélices actionnées par le moteur placé en position centrale. Manly installé à bord, l'aéroplane fut catapulté, mais piqua rapidement dans le fleuve, sans grand dommage pour le pilote et pour sa machine. L'accident fut attribué à un accrochage de hauban de l'appareil à un des apparaux de la plate-forme flottante.

Langley décida de recommencer son expérience le 8 décembre 1903. Cette fois, dès le lancement, la machine se dressa verticalement, les plans arrière se disloquèrent et l'appareil plongea dans le fleuve, la structure n'ayant pas résisté aux efforts du décollage et à la puissance du moteur. L'appareil était désormais irrécupérable et les fonds complètement épuisés.

Neuf jours plus tard, le 17 décembre, Wilbur et Orville Wright réussissaient là où tant d'autres avaient échoué.

Il est certain que Samuel Langley joua un rôle important dans l'histoire de l'aviation aux Etats-Unis. Toutefois il convient de rappeler qu'à l'opposé des frères Wright, il s'était énormément investi dans la question de la motorisation, sans guère se préoccuper des questions de pilotage. Même si "l'aérodrome" avait volé, il eût été ingouvernable.

Samuel Langley ne se remit pas de son échec et mourut découragé le 28 février 1906. La gloire, il y accédera à titre posthume, lorsqu'en 1917, les Etats-Unis donneront son nom à l'une des bases aériennes les plus prestigieuses du territoire américain, celle qui deviendra le centre d'essais du NACA, puis de la NASA.

© Aérostories, 2000.

Samuel Pierpont Langley était un scientifique reconnu et compétent, auteur d'ouvrages de physique et d'astronomie, inventeur du bolomètre, appareil destiné à mesurer l'énergie de  rayonnements peu intenses en astronomie. Document Smithsonian Institution - L'Illustration   Clic

Clic                                     Clic

L'aérodrome N°5, appareil non piloté, lors des expériences de Langley de 1896. Document Smithsonian Institution - L'Illustration

Samuel Langley et Charles Manly (à gauche) sur la plate-forme du ponton flottant ancré sur le Potomac.
Document NASA   Clic

Le moteur en étoile de 52 ch élaboré par Manly. Réellement très performant pour son époque
Document Smithsonian Institution
Clic

L'aéroplane de Langley sur son ponton, paré pour le décollage.
Document Smithsonian Institution  Clic

7 octobre 1903: Pour son premier essai, l'appareil de Langley pique vers le Potomac, sans grand dommage toutefois.
Document Smithsonian Institution    Clic

8 décembre 1903: l'appareil de Langley se disloque. Hormis l'aspect événementiel de ce document, la disposition des hélices entre les deux plans d'ailes est ici apparente. 
Document Smithsonian Institution  Clic