[accueil]  [sommaire général]  [sommaire précédent]  [forums]  [modelstories]  [livres & magazines]  [liens]

Nom de code: "Manhattan".

par  Philippe Ballarini

En avril 1939, le savant Léo Szilard, hongrois émigré aux États-Unis, prenait connaissance des travaux de Joliot-Curie évoquant la possibilité de la mise au point d'une arme de puissance insoupçonnée utilisant la fission de l'atome. Comme l'allemand Siegfried Flugg venait fort naïvement de révéler dans un article l'état des recherches nucléaires dans le IIIème Reich, Flugg jugea bon d'alerter le président Roosevelt par l'entremise d'Albert Einstein, réfugié aux USA.

La mise en place du programme nucléaire américain confié au
Bureau of standard's Uranium Committee fut d'une lenteur affligeante jusqu'à ce que Roosevelt, averti de cet état de fait, charge son conseiller scientifique, Vannevar Bush, d'affecter tous les moyens disponibles au projet. Bush recruta un de se anciens étudiants, Robert Oppenheimer, et le chargea de calculer avec précision la masse d'uranium 235 nécessaire à la bombe.

L'équipe recrutée par Oppenheimer commença à travailler à plein temps sur le projet en janvier 1942. Il fallut néanmoins attendre septembre pour que tous les acteurs du projet travaillent de façon coordonnée, sous la férule du colonel Groves, du
Manhattan Military District, le programme prenant alors le nom de code "Manhattan Project".

En octobre 1942, Groves décida de regrouper les chercheurs dans un seul site, celui de Los Alamos (Nouveau Mexique), lieu quasi désertique à peine accessible depuis Santa Fe.
L'installation précaire de Los Alamos, si elle pouvait convenir pour la trentaine de chercheurs des débuts, posa de sérieux problèmes d'hébergement à l'arrivée de l'ensemble des chercheurs et de leurs familles. On dut recourir à pas moins de 45000 ouvriers pour rendre le site réellement opérationnel, et ce en quelques mois.

Les travaux  portaient sur la méthode du "canon", qui consistait à projeter une masse sous-critique contre une autre, afin d'obtenir la masse critique et la réaction en chaîne, jusqu'à ce qu'un des jeunes chercheurs, Seth Neddermeyer, suggère une méthode différente, en l'occurrence l'implosion d'une sphère creuse. 

Pendant que les recherches sur l'implosion suivaient leur cours, Oppenheimer chercha un lieu où tester une bombe. Au printemps 44, on choisit une base de l'USAAF, à Alamogordo (Nouveau Mexique). L'équipe chargée du programme "Trinity", nom donné à la campagne d'essais, dut faire évacuer tout le secteur. L'armée détruisit les citernes des fermiers récalcitrants qui refusaient de partir. Le risque encouru par les populations civiles contrariaient Groves qui obtint l'application de la loi martiale et l'évacuation des populations de la région en cas de problème. Enfin, en dépit des conditions de vie très éprouvantes à Alamogordo et des difficultés à maîtriser les problèmes d'une mise à feu très particulière, la tour qui devait abriter la bombe expérimentale était prête en juin 1945.

Oppenheimer fixa la date de l'essai au 16 juillet à 4 heures, en dépit des continuels problèmes posés par le dispositif d'implosion. Les résultats des essais du système de mise à feu, régulièrement négatifs, ne laissaient guère augurer une réussite. Néanmoins, l'un des chercheurs réussit à convaincre Oppenheimer que ces essais à blanc n'étaient pas significatifs et qu'il fallait maintenir la date fixée.
Le 16 juillet à 4 heures, la pluie qui tombait sur Alamogordo cessa et le tir fut fixé à 5 h 30.

À l'heure prévue, "Trinity" se transforma en un petit soleil qui se métamorphosa en un gigantesque brasier, surmonté d'un nuage d'une forme significative. La première bombe atomique avait explosé. Malgré sa très petite taille, sa puissance était équivalente à vingt mille tonnes de TNT.

Le Japon allait pouvoir faire connaissance avec le cauchemar atomique et Einstein regretter amèrement son courrier à Roosevelt.

© Aérostories, 1999

[ suite ]

Albert Einstein et Léo Szilard en Allemagne, avant la guerre.
DITE/USIS

La tour d'Alamogordo recevra bientôt "Trinity", la première bombe atomique.
US National Archives

Le 16 juillet 1945, le premier champignon atomique monte dans le ciel du  Nouveau Mexique. "Trinity" a explosé.
US National Archives