[accueil]  [sommaire général]  [sommaire précédent]  [forums]  [modelstories]  [livres & magazines]  [liens]

VTOL/ADAV:
Les appareils à décollage et atterrissage verticaux

3: En quête de missions.

Du côté allié, le concept de VTOL a quelque peu végété durant les années trente.
Commençons en Pologne, en 1927 où le Capitaine Alexandre Siponicz proposa un curieux engin (dénommé "Helipan") en forme de champignon avec une hélice carénée dans un tube allant en s'évasant dans sa partie haute pour s'achever en aile discoïdale…le pilote était assis sous une coupole dans un fuselage trognon qui contenait aussi le moteur, l'ensemble se trouvant, vertical, au centre du tube précité. L'Armée de l'Air Polonaise ne s'intéressa guère à la chose et... Siponicz dû lancer, par le biais du magazine des pilotes militaires polonais une souscription pour construire son engin…selon toute probabilité personne n'y souscrivit… Dix ans, plus tard, c'est plus au sud, en Yougoslavie que l'on trouve le premier prototype (si il y a des photos!) de tilt-rotor à l'air à peu près crédible qui apparaît. Conçu par un émigrant russe, Nikolas Zucenko, cet engin était sous-motorisé comme beaucoup de machines de la période et il n'est pas certain qu'il ait volé avant ce fatidique été 1941. Quel fut son avenir ensuite ? Mystère ? Il n'a jamais été mentionné à Rechlin alors qu'un tilt-rotor aurait dû attirer le regard des commissions d'occupation qui s'intéressèrent à nos Payen et Delanne. Peut-être un Do 17 ou Ju 87 a-t-il mis fin prématurément à sa carrière par hasard et par inadvertance ???
A la suite de quoi et malgré quelques brevets français et le fameux projets de chasseur de défense côtière de L.E. Baynes en Angleterre il nous faut passer aux USA. Mais là-bas calme tout aussi plat .Certes Herrick arriva tant bien que mal à réaliser une conversion à bord de son HV-2 mais durant la guerre ensuite on n'entendit plus parler de lui. Il faut dire que toutes ces machines souffraient toujours de la même maladie : à part la beauté du geste consistant à décoller verticalement elles n'avaient pas vraiment de rôle. D'ailleurs le fait qu'un XV-3 avant l'heure (en 1945) ait été proposé par Hewitt-Lepage, un fabricant d'hélicoptère est, à mon sens révélateur : on en était toujours à des variantes de voilures tournantes dont malgré Sikorsky la configuration finale n'était pas encore stabilisée.
Mais en 1947, lorsque les "Rouges" ont fait sauter leur petit champignon, les forces armées américaines ,et en particulier l'US Navy se sont fait une petite peur. Durant la Seconde Guerre Mondiale avec plus d'avions, plus de bateaux et une industrialisation rationalisée à outrance les Américains avaient "mis la pâtée", non seulement aux Japonais qui pensaient que l'idéologie du Bushido pouvait compenser un "gap" technologique, mais aussi les Allemands très fervents de gadgets technologiques. Mais voilà, l'un des "gadgets technologiques" Allemands qu'Américains et Soviétiques s'étaient partagés (en en laissant le moins possible à leurs alliés) c'étaient les fusées et missiles, en particulier la série des Agregat A1-A4 et suivants qui pouvaient devenir intercontinentaux…eux-même y travaillaient avec leurs savants Allemands récupérés, il n'y avait pas de raison que les Soviétiques avec leurs savants Allemands récupérés ne fassent pas de même. Et voilà qu'en plus, leur gadget à champignon, dont les Américains pensaient avoir l'exclusivité, repousse à l'Est. Si on mets le gadget US piqué par les Russes (Bombe A) dans le gadget Allemand "chouravé" par les deux bords (la fusée intercontinentale) plus personne n'est à l'abri. Surtout qu'une escadre de porte-avions ou une base aérienne à l'américaine ce n'est pas très difficile à viser.
Voilà le besoin qui commence à poindre à l'horizon : si l'on peut disperser les avions dans les bois au lieu d'avoir besoin de longues pistes, si l'on peut embarquer des avions sur le moindre petit cargo, au lieu des immenses porte-avions on sera (peut-être) à l'abri d'un nouveau Pearl Harbour que représenterait une petite fusée champignonifère sur Hawai ou Norfolk ou Pennsacola…. "VTOL : is it the key to atom bomb defence ?" (les avions à décollage vertical sont-ils la clé de la défense contre la bombe atomique) titre Air Pictorial de Juillet 1953 sous l'illustration d'un Triebflugel!
C'est qu'on se souvient alors des travaux Allemands (encore eux) et des projets de "tail sitter" de Arthur Young chez Bell. Entre-temps la motorisation a fait des progrès, et en particulier les turbopropulseurs développent des puissances rêvées 3 ans auparavant. C'est ainsi que l'US Navy héritera de deux magnifiques engins à turbopropulseurs: le XFY-1 "Pogo" de Convair et le XFV-1 "Salmon" (du surnom de son pilote d'essai) de Lockheed. Le Pogo est le plus achevé des deux avec des renflements en bout d'aile qui pourraient recevoir de l'armement et une "toile de tente" métallique qui est un véritable hangar de maintenance individuel. Le Pogo est aussi le seul des deux à avoir démontré l'ensemble du programme de vol du décollage vertical avec basculement au vol horizontal puis retour à la verticale. Les séquences filmées sont impressionnantes mais la marge de puissance minime : il ne faudrait pas que le pilote grossisse ! Je galèje mais il est quand même hors de question de monter de l'armement sur l'appareil. Plus grave (car la puissance des moteurs çà peut s'améliorer), l'ergonomie de l'engin malgré le siège basculant , n'est pas au point et oblige le pilote à des contorsions et une capacité de juger de son altitude au centimètre près (et par dessus son épaule en plus)…impossible de demander cela à un pilote de guerre.
Côté US Army et c'est une première mondiale on mise sur le réacteur avec le X13 de Ryan. La solution du chariot transporteur-érecteur est élégante pour le décollage mais introduit une sujétion lourde pour l'atterrissage …elle ne sera ultérieurement reprise que pour des machines (Nutcracker, projets Hawker-Siddeley de successeur au Harrier) devant opérer à partir de navires. Quand à l'ergonomie elle est tout aussi bancale que pour les avions de la Navy et faire opérer un X13 des jardins de la Maison Blanche n'est qu'un "coup" publicitaire sans suite.
Curieusement il semblerait que les Soviétiques se soient intéressés à concevoir un simili-Pogo. Le concepteur de cette machine aurait été le Professeur N. Yuriev qui avait institué un comité d'étude des voilures tournantes au TsAGI (la NACA soviétique) dès 1926. Le projet KIT-1 de Yuriev se singularisait par sa complexité par rapport aux projets américains : des deux rotors contra-rotatifs, seul le premier, de la taille d'une hélice normale , servait en vol horizontal, l'autre étant mis en drapeau et bloqué !
Après ces beaux monstres on enterra le concept des "tail sitters"…à l'exception (française) du Coléoptère qui vit le début des années soixante. Mais cela n'avait pas été inutile : les VTOL s'étaient trouvé un but…

©
Aérostories, 2001.

[ suite ]

par Jean-Christophe Carbonel

L'honneur d'avoir construit le premier avion à rotor basculant revient à un Yougoslave d'origine russe Zucenko (illustration: Club Maquettiste Yougoslave)

L'idée était toutefois "en l'air" à preuve le bien connu projet de l'Anglais Baynes (Illustration : Purnell's History of World War)       Clic

Le Convair Pogo a survécu au Musée de l'Air Force (Photo Michel Cristecu)      Clic

Le X 13 fut le premier "jet" VTOL. Il utilisait une rampe pour le décollage et l'atterrissage ce qui réduisait d'autant sa souplesse d'emploi opérationnel (Illustration : Harrier Vertical Reality par Roy Braybrook )            Clic

Chez les Soviétiques on imagina aussi un équivalent du Pogo mais il ne dépassa pas le stade de la planche à dessin  (Illustration : I Shestakov)                   Clic

Retrouvez les VTOL/ADAV en maquettes dans Modelstories.