[accueil]  [sommaire général]  [sommaire précédent]  [forums]  [modelstories]  [livres et magazines]  [liens]

Saint-Exupéry:

Le passage de la Cordillère des Andes

Antoine débarqua le 12 octobre à Buenos Aires. Il y fut accueilli par ses amis des Lignes Latécoère que sont Jean Mermoz, Henri Guillaumet ou Reine, qu'il avait réussi à faire libérer, alors que ce dernier avait été capturé un an plus tôt par les Maures dans le Sahara. L'installation dans un appartement au centre d'une ville de deux millions d'habitants confirma à Saint-Exupéry combien il préférait le désert à ce semblant de civilisation qu'est la ville. Chargé tout d'abord de la création de la ligne de Patagonie, jusqu'à Punta Arenas, comme directeur de l'Aeroposta Argentina, il vola beaucoup sur les Latécoère 25, 26 ou Potez 25 et 29, pour effectuer toutes les reconnaissances nécessaires à la création de sa ligne et à l'établissement de ses escales. Selon ses biographes, Saint-Exupéry avait un rapport singulier avec l'argent. Il n'aimait vraisemblablement pas l'argent et ce qu'il représente, mais, plus jeune en réclamait sans cesse à sa mère pour pouvoir réaliser tous ses onéreux caprices. Maintenant doté d'un très bon salaire, il dilapida ces émoluments en cadeaux de toutes natures et en donna une grande partie à sa mère.
Au mois de juin 1930, Henri Guillaumet disparut en effectuant une tentative de franchissement de la Cordillère des Andes, à bord du Potez 25 F-AJDZ. Un magnifique reportage photographique et la nature de l'exploit du passage des Andes par les courriers Latécoère ont largement médiatisé a posteriori cet accident. Saint-Exupéry, depuis le 7 avril Chevalier de la Légion d'honneur au titre de l'Aéronautique civile, prit part aux recherches du 13 au 20 juin et ramena Guillaumet à Buenos Aires à bord d'un Potez 29, après qu'il fut retrouvé. Guillaumet, après un atterrissage forcé en pleine montagne, dans " l'enfer blanc ", était arrivé à regagner la civilisation après six épuisantes journées de marche dans le froid et la neige. Cette incroyable résistance de l'homme, mû par le seul espoir, avait fait prononcer à Guillaumet, cette phrase, reprise par Antoine plus tard et devenue célèbre aujourd'hui : " Ce que j'ai fait, aucune bête n'aurait pu le faire. "
Cet accident, qui aurait pu finir dramatiquement mit en valeur la difficulté de l'établissement de la ligne jusqu'à Santiago du Chili et reste aujourd'hui un des symboles majeurs de l'aventure de l'Aéropostale. Saint-Exupéry l'a immortalisée à cette époque en écrivant
Vol de Nuit. La fin de l'année 1930 révéla à Saint-Exupéry une beauté latine, Consuelo Suncin, veuve Carillo. Il la rejoignit en France pour l'épouser en mars 1931, tandis que Vol de Nuit, allait obtenir le prix Femina 1931. Il choisit de vivre quelque temps des royalties sur ses œuvres, sans rejoindre l'Aéropostale, mise en liquidation judiciaire.

©Aérostories, 2001.

[ suite ]

par  Hervé Brun

Cet article est essentiellement illustré avec des images disponibles à la photothèque du SHAA. La reproduction de ces images est interdite. En revanche, chaque image possède sa référence (nom du fichier JPEG) et peut être commandée au SHAA.

En Amérique du Sud, le Latécoère 25-3R  n°649, un appareil de l'Aéropostale basé à Buenos Aires au moment où Saint-Ex s'y trouvait.
©SHAA (ref:B90-445)                           
Clic