[accueil]  [sommaire général]  [sommaire précédent]  [forums]  [modelstories]  [livres & magazines]  [liens]

Berlin 1948: vers le blocus.

par Philippe Ballarini

Les secteurs occidentaux de Berlin n'étaient qu'une minuscule enclave dans le territoire sous contrôle soviétique, considéré par l'ouest comme un îlot de liberté et perçu par Moscou comme une brèche dans leur système d'états-tampons.

Les tracasseries réciproques ayant pour cadre l'ex-capitale du Reich allaient bon train. Aux fouilles de camions des uns répondaient les fouilles de péniches des autres. Le 20 mars 1948, les Soviétiques ayant quitté la commission de contrôle alliée, on pouvait s'attendre au pire.

Dix jours plus tard, les Soviétiques exigeaient d'inspecter les bagages de tous les passagers civils ou militaires transitant par la route ou le chemin de fer dans leur zone, en provenance ou à destination de Berlin-Ouest.

Un nouvel incident survint lorsque, dans la nuit du 31 mars au 1er avril 1948, six trains furent arrêtés à la frontière.

Les pressions soviétiques sur Berlin s'accrurent davantage en juin à l'annonce des occidentaux de la création d'un état fédéral. Le 4 juin, trois trains étaient bloqués et, douze jours plus tard, la principale autoroute menant à Berlin-Ouest était fermée "pour réparations".

Le 24 juin 1948, les Soviétiques interrompirent tout trafic ferroviaire ou routier et cessèrent leur fourniture d'électricité: c'était un siège en règle d'une ville encore dévastée, intégralement dépendante d'une assistance extérieure.  La situation était d'autant plus précaire que Berlin n'était qu'un amas de ruines où les préoccupations principales étaient de l'ordre de la survie.

© Aérostories, 1999.   

[ suite ]

Les Britanniques "inspectent" des péniches "est-allemandes" en réponse à des mesures analogues prises par les Soviétiques. Popperfoto

Dans une Allemagne dévastée et d'où la main d'œuvre masculine avait quasiment disparu, engloutie dans les combats ou les camps de prisonniers, les femmes rebâtissaient. Ces "Trümmerfrauen", "femmes des ruines", récupéraient et nettoyaient les briques une à une pour la reconstruction, comme ici sur le chantier d'un aéroport berlinois. D.R.