[accueil]  [sommaire général]  [sommaire précédent]  [forums]  [modelstories]  [livres & magazines]  [liens]

Stampe stories

5) Le Stampe, un "vieux coucou"?

par  Michel Léveillard

De 1948 jusqu'à la fin de ma carrière aéronautique cinquante années plus tard, j'avais eu la chance de piloter le Stampe en France en Aéro-Club: à Rouen, Mantes, Dieppe, Strasbourg, Nancy, Rochefort  et au Centre National de Challes les Eaux où je fis mon stage de moniteur en 1957.
J'ai fait un peu de Stampe aussi à Casablanca au Maroc comme moniteur pour l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI), et à l'Aéro Club de Tit Mellil.
Mon dernier vol sur le Stampe fut ici dans mon coin perdu des USA. C'était un peu comme de revoir un vieil ami que l'on avait pas vu depuis nombre d'années. L'avion avait beaucoup vieilli, mais qui aurait pu oublier cet ami fidèle?
Toutefois plusieurs vieux Stampe, peut être mal entretenus, ont subi il y a quelques années des ruptures de structure en vol occasionnant des accidents mortels, principalement attribués aux longerons trempés d'huile.

Il y a quelques années le Stampe avait aussi joué quelques rôles dans les films de cinéma tel que "Le Blue Max" et il faut bien reconnaître que c'était le plus bel avion de la bande!

Un de mes camarades américains étudie actuellement la possibilité de reconstruire un Stampe (et même plusieurs) en utilisant du duralumin pour remplacer les longerons d'origine et autres structures en bois. Pour le moteur, il pense installer un modèle en ligne construit en Europe, ce qui donnerait à l'avion ses belles lignes originelles. Pourquoi désire-t-il entreprendre ce grand projet? Je lui ai posé cette question et sa réponse fut simple: "Comme tu le sais Michel, j'ai eu la chance de faire quelques heures de vol sur le Stampe et il n'existe pas d'autre biplan aussi beau et aussi sympa à piloter!"
Je dois spécifier que dans son hangar personnel au cours des années j'avais vu des Tigers Moth, et plusieurs autres biplans "made in USA". Alors, je dois aussi ajouter que le Stampe a non seulement touché le cœur des pilotes Français mais aussi celui de pas mal de pilotes étrangers.

Comparé aux nouveaux avions de voltige, le Stampe n'est plus dans la même ligue. Les nouvelles montures avec leurs puissants moteurs sont capables de faire des manœuvres impensables a faire sur le Stampe, mais au risque d'apparaître chauvin, le Stampe est beaucoup plus gracieux à voir évoluer.
A une certaine époque fut construit un Stampe monoplan à aile basse. Appelé aussi "Farman Monitor", ce "demi" Stampe était également beau à voir, mais il disparu rapidement, alors que les vieux biplans se retrouvent toujours ici et là.

Cette petite histoire ne peut pas être terminée sans rendre hommage aux moniteurs de Stampe des Aéroclubs et des Centres Nationaux. J'en ai eu plusieurs, ils étaient tous de vrais mordus de l'aviation, d'excellents moniteurs, des pilotes professionnels, patients, dévoués, et au regard de leurs salaires de l'époque, ce n'était certainement pas l'argent qui les attachaient à cette belle profession, mais le "Feu Sacré".
Je ne mentionne pas leurs noms dans cet article, j'y reviendrai peut-être un jour pour rendre hommage à certains d'eux, ainsi qu'aux grands pilotes de meetings, ainsi qu'aux champions de la voltige qui, sur le Stampe, avaient  fait grand honneur à la France avec son "enfant adopté".

©
Aérostories,2001.

Tout le plaisir de voler en Stampe dans cette image.
Photo by courtesy of The Stampe Club International
Thanks to Andy Mcluskie for this nice shot.      Clic

Marcel Raymondet, le premier moniteur de Michel Léveillard, s'apprête a faire un vol d'essais sur le F-BDOM sortant de révision.

Collection Michel Léveillard             Clic

Le Stampe a laissé peu de pilotes indifférents. L'article de Marcel Paquelier "Majorpaq" complète celui-ci avec, en prime, une étonnante surprise. Cliquez sur la photo pour y accéder.